Connecte-toi avec nous

Culture

Patrimoine Challans : les œuvres des frères Jan et Joël Martel

Published

on

Patrimoine Challans : les œuvres des frères Jan et Joël Martel (DR)

La ville de Challans propose un tour du patrimoine, ce coup ci avec les oeuvres des frères Jan et Joël Martel.

Les frères jumeaux Jan et Joël Martel (1896-1966) sont des sculpteurs et décorateurs. Leurs œuvres sont des sculptures, monuments ou fontaines d’inspiration art déco ou cubiste. Ils ont également réalisé des aménagements intérieurs dans des villas dans les années 1920. On retrouve leurs œuvres en Vendée mais aussi ailleurs en France, de Paris à Blois en passant par Souillac (Lot).

1947 : le monument Charles-Milcendeau

Aménagée dans le jardin de l’ancien Hôtel de ville orienté en direction de Soullans, le monument Charles-Milcendeau permet aux Martel de renouer avec le genre architectural. Ce « monument-mur » de 6m40 de long, bordé d’un bassin, a été conçu avec la collaboration de l’architecte et amis des frères Martel, Jean Bossu, élève de Le Corbusier, Paul Ferré fournissant le matériau en pierre reconstituée (calcaire broyé de Cheffois). Il s’organise autour de l’effigie de l’artiste, présenté en buste, de profil. De part et d’autre, des figurines en haut relief symbolisent le marais et l’attachement que le peintre lui portait. À gauche, des scène de fauchage et de battage au fléau, la silhouette d’une «  passeur en yole » et un moulin à vent. À droite, des couples de danseurs, une femme assise sur une cage à volaille et une « bourrine », habitat typique des maraîchins.

Le monument est restauré en 2019

1950 : bas-relief du fronton du théâtre Le Marais

Les frères Martel sont chargés de réaliser le bas relief de la façade du théâtre qui est inauguré le 7 septembre 1950 et dénommé « Le Marais ». Cette sculpture réalisée en pierre reconstituée représente des maraîchins et des danseurs.

Dans le cadre de travaux de rénovation du théâtre achevés en 2004, le fronton retrouve son éclat d’antan.

1951 : calvaire du Puits Jacob

Ce calvaire, situé en bordure de la route de Cholet, au lieu-dit « Le Puits Jacob », est édifié pour exaucer un vœu émis par Monsieur Henri Brochard demeurant alors aux Bretellières à Challans, et propriétaire du terrain sur lequel le calvaire est aujourd’hui implanté.

Après son décès, son épouse contacte le curé doyen Joseph Nombalais afin que le souhait du défunt puisse se réaliser. La Paroisse finance la construction de l’entourage du calvaire.

En septembre 1951, à l’occasion de l’une des dernières missions prêchées en la paroisse de Challans par les missionnaires de la Plaine, le Christ est béni à l’église lors de la messe dominicale puis transporté dans un attelage tiré par des bœufs jusqu’au lieu-dit Le Puits Jacob. Tout au long du parcours sont installés des arcs de triomphe ornés de guirlandes de houx.

Ce monument est aujourd’hui la propriété de la Ville qui l’a rénové.

1961 : Perrette et le Pot au Lait

Afin d’embellir l’école du Bois-du-Breuil, il est confié aux frères Martel la réalisation d’une sculpture représentant la fable de Jean de la Fontaine intitulée « Perrette et le Pot au lait ». Réalisée en pierres agglomérées comprenant du granit et du ciment, cette sculpture mesure deux mètres de hauteur.

Source : Bulletin de la Société d’histoire et d’études du Pays Challandais, juin 2005 


Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

79 − 69 =