Connecte-toi avec nous

Culture

Les Herbiers : La Quincaillerie, un bar-théâtre qui se réinvente à cause du Covid

Published

on

Le bar-théâtre La Quincaillerie ne manque pas d’idées malgré l’interdiction d’ouvrir. ©les photos de Vio

Le bar-théâtre La Quincaillerie, qui se trouve aux Herbiers, a été victime du confinement, un mois après son ouverture. La créativité d’Amandine et Alix, directrices de l’enseigne, a permis de sauver l’ouverture de La Quincaillerie.

Depuis le mois d’octobre le public et les artistes sont confinés. Après avoir espéré ouvrir « pour de bon » en septembre puis en décembre, « au vu de la situation actuelle nous avons choisi de reprogrammer nos artistes à partir du mois de février. En espérant ne plus être contraintes de fermer le bar et la scène de nouveau ! » racontent les directrices de La Quincaillerie. Quoiqu’il en soit, ce confinement aura permis de créer des services inédits et de mettre en place de nouveaux concepts dont les deux compères sont fières, comme les live du mercredi soir par exemple. Des live avec des répétitions en direct qui devraient se poursuivre confient Amandine et Alix « Nous pensons continuer les live de temps en temps car cela nous permet d’attirer un public inhabituel et de faire connaître nos artistes locaux à l’échelle nationale. Mais nous avons vraiment hâte de réunir de nouveau au sein d’un même lieu de vie. Le contact, le partage, entendre les rires dans la salle, prendre le temps de parler les yeux dans les yeux, tout cela nous manque vraiment« .

En quête de nouvelles idées

En attendant Février, La Quincaillerie va continuer de vivre grâce à la créativité de l’équipe « Nous essayons de nous tourner vers ce qu’il est encore possible de faire et donc vers le milieu de l’entreprise. Nous avons ainsi développé plusieurs activités, comme la simple privatisation de salle, les spectacles privés ou encore les soirées d’entreprise à thème. Mais aussi des animations et ateliers de team building où nous pourrons initier les collaborateurs à l’art et qui sait, révéler des talents !« . Une programmation sur-mesure pour les privatisations, avec par exemple un groupe de
musique, une comédie, un humoriste ou encore des spectacles d’hypnose qui garantissent des souvenirs
mémorables, c’est ce qu’ont choisis les deux femmes. « Cela permet de faire jouer les artistes devant un public, de continuer de faire vivre le lieu et de recréer des liens entre les salariés d’une entreprise ». A l’heure du télétravail, pour ces deux compères, « rassembler les équipes n’a pas de prix. Bien sûr, nous proposons un service de bar et traiteur pour ces soirées« . Ces privatisations sont bien évidement restreintes, mais lorsque le lieu aura rouvert ses portes, « nous élargirons cette nouvelle façon de s’approprier le bar-théâtre à tous. Nous avons un lieu qui offre plein de possibilités comme l’initiation au spectacle d’improvisation qu’on avait déjà commencé à mettre en place. A la carte de la Quincaillerie, on proposera également la création de spectacles éphémères de danse et relaxation, des séances de karaoké, une introduction au swing, des dégustations de vins et des cours de mixologie !« 

Fédérer avant de rouvrir

L’idée, pour La Quincaillerie, est de fédérer et de permettre à chacun de vivre des expériences inédites. « Le théâtre d’improvisation est très sollicité en entreprise et se révèle aussi être une nouvelle méthode d’apprentissage au lâcher prise, à l’écoute, au partage et à la créativité dans le milieu éducatif« . Toucher un large public pour faire parler du bar-théâtre, c’est essentiel quand celui-ci n’a pu ouvrir qu’un mois. Pour toucher un large public, la direction mise sur les grandes écoles « les cours au grand public ne sont pas autorisés mais nous intervenons dans les écoles et les MFR auprès des étudiants. Le théâtre d’improvisation leur apprend à travailler leur aisance à l’oral et à mettre en scène des situations pour lesquelles ils souhaitent être préparés. Cela permet aussi de créer une cohésion entre les élèves qui eux aussi ont moins d’occasions de souder leurs groupes en ce moment« . Pour continuer à fédérer, une carte cadeau, à offrir, est disponible, initialement pour Noël. Mais Amandine et Alix ont décidé de poursuivre ce format pour la Saint Valentin, la fête des mères ou les anniversaires pour « consommer local et culture« .

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

52 − = 48