Connecte-toi avec nous

Economie

Lyveat, un nouveau service de livraison à domicile débarque aux Herbiers

Published

on

La start-up française, Lyveat, se développe en Vendée et débarque aux Herbiers. Crédit : Lyveat

La Start-up française de livraison de repas à domicile, Lyveat, débarque aux Herbiers. Elle a pour ambition de couvrir l’ensemble des villes intermédiaires dépourvues ou non de service de livraison de repas à domicile dans un rayon de 30 km autour des restaurants.

Lyveat est un service de livraison de repas à domicile créée par 2 entrepreneurs non loin de la région Lyonnaise dans le département de l’Ain. Les deux entrepreneurs sont partis de plusieurs constats négatifs chez les gros concurrents du secteur « sur les zones géographiques non desservies en France et le montant onéreux du taux des commissions prélevées aux restaurants. Ils vont donc viser avant tout des villes moyennes de 5 000 à 60 000 habitants« . Avec cette start-up française, « jusqu’à 30 km, il est possible de se faire livrer à son domicile un repas en 20 à 45 minutes« . Ce rayon de livraison permet à la société de couvrir un très grand nombre de foyers « habituellement oubliés » explique l’entreprise. Concernant la livraison « la rémunération des livreurs se veut plus élevée et plus sûre que chez les concurrents » déclare l’entreprise. Par ce biais, « l’arrivée de Lyveat dans une ville permet à de multiples personnes de développer leur activité de manière sereine. Les livreurs se déplacent en voiture, en scooter et en vélo en fonction de la course à réaliser« .

Près de 150 000 téléchargements

Depuis sont lancement en février 2020, l’application a été téléchargée à bientôt 150 000 exemplaires. « À travers cette application, la commande détaillée du client est immédiatement envoyée au restaurant » développe Lyveat. « Elle permet ainsi aux restaurants de développer leur chiffre d’affaire en communicant sur le service et en faisant l’acquisition de nouveaux clients grâce à l’application. Enfin, le montant du taux des commissions demandées aux restaurants partenaires est le plus bas du marché pour permettre aux restaurateurs de préserver leur marge« .

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 5