Connecte-toi avec nous

Société

En Vendée, des cabinets d’esthéticiennes se forment à la langue des signes

Published

on

Pour faciliter la communication avec des personnes malentendantes ou sourdes, des cabinets d’esthéticiennes vont apprendre la langue des signes afin de faire tomber cette barrière du langage.

Tout est parti de l’idée de la responsable des cabinets d’esthétiques « Le Temps d’une Douce Heure », Angélique Poiraud. « L’idée m’est venue lors d’une formation de coaching de vie au cours de laquelle un module était consacré au langage non verbal » raconte-t-elle à nos confrères de Vendée Journal.« C’est là que je me suis demandé comment nous pourrions accueillir une personne malentendante qui passerait notre porte ». Ainsi, dans ses deux cabinets situés à Talmont-Saint-Hilaire et la Chapelle-Achard, les quatre esthéticiennes Margaux, Inès, Maëva et Angélique, vont suivre une trentaine d’heures de cours en visioconférence sur leur temps de travail.

« Il y a une barrière si on n’est pas formé’

Cette décision de se former au langage des signes est aussi due à des expériences dans le passé où les esthéticiennes n’ont pas réellement su comment communiquer avec leurs clients malentendants. « L’échange était très restreint, même si la cliente pouvait lire sur les lèvres. Il y a une barrière si on n’est pas formé ». Selon Angélique Poiraud, le cabinet d’esthéticienne doit être un lieu de bien-être pour tous « Notre clientèle, quelle qu’elle soit, doit se sentir comme chez elle ».

Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 49 = 57